Présentation

L’AVC est une urgence médicale qui nécessite la mise en œuvre rapide et coordonnée d’une filière de soins. Les preuves de l'intérêt de la thrombolyse (lyse du caillot responsable de l’ischémie) dans l'AVC ischémique sont bien établies si elle a lieu dans les 3 premières heures qui suivent le premier symptôme (4h30 dans certains cas).

La mise en place de ce traitement nécessite cependant un environnement médical et des compétences spécifiques qui ne sont pas disponibles dans tous les établissements recevant ce type de patients.

La télémédecine est alors un excellent moyen d’améliorer l’accès à la thrombolyse et de favoriser la collaboration entre les professionnels de la santé.

L’Aquitaine se caractérise par son étendue et par la dispersion de la prise en charge des patients frappés d’un AVC qui en résulte.

Le Projet AVC du plan Aquitain de lutte contre les maladies cardio-neuro-vasculaires intègre une série d’actions pour améliorer la prise en charge des AVC.

Depuis novembre 2012, il existe au moins une unité neuro vasculaire (UNV) par territoire de santé en Aquitaine : Agen, Bayonne, Bordeaux, Dax, Mont-de-Marsan, Pau et Périgueux. Deux autres UNV sont en projet à Arcachon et Libourne.

Ces unités représentent les centres de recours par territoire de santé.

Les objectifs du projet de Téléthrombolyse des AVC, piloté sur le plan médical par le Dr François Rouanet, neurologue au CHU de Bordeaux, sont :

  • améliorer la prise en charge globale des AVC sur la région Aquitaine en facilitant l’accès à l’expertise ;
  • selon les cas, porter l’indication du traitement, débuter la thrombolyse dans l’établissement ayant reçu le patient après avis du médecin neurologue du centre de recours. Le patient traité sera ensuite transféré dans l’unité neuro-vasculaire.

 

François Rouanet Dr François ROUANET
Neurologue au CHU de Bordeaux

« L’AVC est une urgence médicale. Les médecins ne disposent que de 4h30 après le premier symptôme pour essayer de déboucher l’artère bouchée : c’est la thrombolyse. Pour débuter ce traitement, il faut un environnement médical et des compétences spécifiques qui ne sont pas disponibles dans tous les établissements de santé. L’idée est de débuter la thrombolyse dans l’établissement ayant reçu le patient et de le transférer par la suite dans une unité neuro-vasculaire. Ce projet permet d’améliorer l’accès des patients à la thrombolyse mais aussi de favoriser la collaboration et les transferts de compétences entre les équipes. »

Téléthrombolyse en Aquitaine

Structures de prise en charge AVC Aquitaine Cartographie téléthombolyse