Présentation

Le projet de télésurveillance cible le parcours de soins de patients porteurs d’un dispositif médical implanté et communiquant (DMIC), tels qu’un stimulateur cardiaque, un défibrillateur ou un holter rythmique longue durée.

Trois objectifs sont visés :

  • améliorer la prise en charge de ces patients par un meilleur suivi et une amélioration de leur qualité de vie ;
  • optimiser la gestion du temps médical ;
  • consolider les liens de partenariat et la qualité des pratiques entre tous les professionnels et établissements de santé impliqués dans la prise en charge des patients porteurs de DMIC.

Les acteurs du projet sont, d'un côté, un centre expert en cardiologie qu'est le CHU Haut Lévêque de Bordeaux et, de l'autre, un réseau de centres implanteurs (centres hospitaliers et cliniques) répartis sur toute la région Aquitaine. Concernant le centre expert, le coordonnateur, le médecin référent, l’équipe médicale du service de rythmologie et stimulation cardiaque du CHU et trois attachés de recherche clinique assurent le recrutement, le suivi et la gestion des alertes des patients. Dans les faits, le DMIC des patients suivis transmet régulièrement des informations sur l'activité cardiaque, et sur son propre fonctionnement, à un boîtier informatique. Ce boîtier renvoie ensuite les données reçues au centre d'analyse, de façon sécurisée, via le réseau GSM. Ces données sont alors collectées par le centre expert et un premier tri des alertes est effectué par les attachés de recherche clinique. Les événements nouveaux et pertinents sont présentés au médecin et, en fonction de l’importance de l’événement, différentes actions vont être entreprises (e.g. contact systématique du centre implanteur concerné par mail sécurisé et téléphone, déclenchement d'une prise en charge en urgence si événement critique, motivation d'une consultation dans les trois mois si événement mineur, etc.).

Expérimentation DMIC

Focus sur l’expérimentation menée depuis juillet 2012 à fin 2014. Plus de 2 000 patients étaient suivis dans le réseau. Les cinq fabricants proposent le télésuivi sur les défibrillateurs depuis 2013. En novembre 2014, 28 150 événements avaient été traités.